Afrique

S’émerveiller au fil du Zambèze

By  | 

A la croisée entre Namibie, Zambie, Botswana et Zimbabwe, la région des chutes Victoria reste un paradis de la faune sauvage africaine. De l’attachante Victoria Falls et de ses environs spectaculaires au superbe lac Kariba, il est possible de retrouver un monde préservé, en embarquant notamment sur l’«African Dream» pour une croisière-safari unique au monde.

Zambie et Zimbabwe se partagent l’une des plus impressionnantes cascades au monde, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Chaque pays a créé un parc national pour les sanctuariser: Victoria Falls National Park, côté zimbabwéen, et Mosi-oa-Tunya, la «fumée qui gronde», nom donné par la tribu locale Kololo, côté zambien, dont la ville voisine porte le nom de Livingstone. Ce dernier, médecin écossais, missionnaire protestant et l’un des plus fameux explorateurs d’Afrique, fut le premier Européen à les avoir contemplées, en 1855. A Vic’Falls, quand vient le soir, on perçoit le grondement sourd et omniprésent des chutes. C’est un ronron tranquille mais puissant, presque obsédant les premiers jours. Ensuite, on s’habitue…

LA PORTE DU MONDE SAUVAGE

A l’arrivée, Vic’ Falls fait figure de petit paradis d’environ 20’000 habitants, pris en tenailles entre deux parcs nationaux. Le bush fait tellement partie de la ville que babouins et phacochères sont visibles à tous les coins de rue, occupés à se chamailler pour les premiers, à brouter pour les seconds, indifférents au trafic, aux piétons et aux vendeurs ambulants. Quantité de lodges de standing ont essaimé en périphérie du centre, où il fait bon, en fin d’après-midi, aller boire une bière en regardant le soleil s’abîmer derrière l’horizon.

Cap sur Panorama Lodge, grosse structure de bois en vigie sur les collines tapissées de mopane et d’arbustes épineux, avec une grosse mare juste au milieu. A l’heure magique où le soleil devient une boule de feu orange incandescente baignant le paysage d’un halo doré, une troupe d’éléphants surgit des halliers et se presse au bord du plan d’eau pour boire à qui mieux mieux. Jeu de trompes aspirant goulûment, puis les pachydermes s’éclipsent comme ils sont venus, aspirés par la jungle.

>> Lire la suite de l’article <<

Abonnez-vous dès maintenant à notre NEWSLETTER et recevez les informations en exclusivité: Nouveautés, concours, voyages et bien plus encore!