Mongolie

Rencontrer les fiers nomades

Texte de Tuul et Bruno Morandi
By  | 

Des espaces démesurés, des steppes vertigineuses, des cavaliers impétueux, des ciels chaotiques, des yourtes immaculées. La Mongolie offre les expressions de son esprit nomade à notre sédentarité et à notre imaginaire. Rencontre et partage avec Batsuren, cavalier des steppes.

Sur le pâturage géant de la vallée de l’Orkhon, délicatement tacheté par le blanc des yourtes de feutre, les troupeaux de chevaux, de yaks ou de moutons baguenaudent en toute liberté. Dans cette vallée située dans la province d’Ovorkhangaï, à 450km à l’ouest de la capitale Oulan-Bator, le pastoralisme nomade semble ne pas vouloir changer à l’aube du XXIe siècle.

En ce début d’été, Batsuren se rend à l’ovoo, le cairn sacré chamanique planté sur le sommet de la colline, au-dessus de son campement. L’imposant monument enveloppé d’écharpes bleues, les khatags, surplombe l’azur profond de la rivière Orkhon qui dégringole à travers la steppe vers un profond canyon, formant ainsi la chute d’eau la plus imposante du pays.

>> Lire la suite de l’article <<