Azurblaue Mittelmeerträume

Provence – Côte d’Azur – Les belles escales

By  | 

Du nord des Alpes aux rives de la Méditerranée, l’itinéraire sillonne un vaste patchwork paysager. Partir du Léman et descendre à la mer, c’est traverser une mosaïque de couleurs et de senteurs qu’un roadtrip très actuel permet de savourer, tout en douceur.

Il rentrait de l’île d’Elbe, fort de son panache légendaire. Parti de la mer, il remontait les Alpes, faisant escale ici et là, marquant chaque lieu de son aura. Lorsque Napoléon revint sur le continent après son exil insulaire en 1815, il emprunta un itinéraire de Cannes à Grenoble que l’on qualifie, encore aujourd’hui, de son nom. Prendre le large depuis Genève pour descendre vers la Grande Bleue, c’est rouler dans le sens inverse du célèbre empereur français. De Grenoble, capitale des Alpes enchâssée dans un écrin montagnard, l’itinéraire rejoint une autre place forte, Gap, capitale des Hautes-Alpes, regardant à la fois vers le Dauphiné et la Provence.

Après une halte dans les ruelles médiévales baignées d’un soleil qui fleure déjà bon le Sud, la route conduit à Digne- les-Bains, lovée sur une colline entre la Bléone et le torrent des Eaux Chaudes. Destination thermale, Digne a exploité dès l’Antiquité ses sources aux vertus curatives.

BERGERS ET VERDON SAUVAGE

En poursuivant vers le Sud, les Alpes de Haute-Provence étirent leurs prairies parcourues par les troupeaux de montons et de chèvres. Ici, l’agriculture et l’élevage se teintent d’une délicieuse touche d’autrefois: les bergers perpétuent la tradition de la transhumance, tandis que les variétés anciennes de céréales composent un damier multicolore avec les vastes champs de lavande et de tournesol. Au-delà du célèbre plateau de Valensole, rayé d’un parme odorant en début d’été, le bleu turquoise du Verdon coule au cœur de falaises vertigineuses. Le plus grand canyon d’Europe, monumental, attire des colonies de vautours fauves qui trouvent ici un milieu particulièrement propice à leur développement, entre verticales parois de rochers où nicher, plateaux désertiques où chasser et courants thermiques où voler. C’est ici que l’on quitte la Route Napoléon pour rejoindre des contrées plus urbanisées.

>> Lire la suite de l’article <<

Abonnez-vous dès maintenant à notre NEWSLETTER et recevez les informations en exclusivité: Nouveautés, concours, voyages et bien plus encore!