Voyages

Carnet de route d’un globe-trotteur

Texte de Bernard Pichon
By  | 

Avec plus d’un milliard d’arrivées touristiques enregistrées annuellement au niveau planétaire, reste-t-il de véritables découvreurs? La Terre ne manque pas de curiosités; peut-être manque-t-elle seulement de véritables curieux.

Une fronde anti-tourisme est en train de se lever, au risque que l’anti-tourisme se transforme en anti-touristes, avatar de xénophobie. Les compagnies à bas tarif vous font voler vers Barcelone, Berlin, Venise
ou Amsterdam pour le prix d’un repas. Dans les rues de ces villes, on mesure les conséquences des nouvelles invasions barbares: dégradations, nuisances sonores, hausse des prix de logements… au point d’éjecter des centres urbains ceux qui les font vivre. Tout soi-disant voyageur devrait avoir l’humilité de reconnaître qu’il se rattache aussi – peu ou prou – à la vaste cohorte de ces envahisseurs.

Faire montre de respect et de discernement quand on est loin de chez soi permet au moins d’échapper à la caricature du bidochon. Internet met en lumière une nouvelle race itinérante: celle des bloggeurs diffusant sur le web les échos de leurs pérégrinations. Si certains revendiquent une certaine rigueur journalistique, la
plupart se contentent de selfies diffusés comme autant de trophées témoignant d’une bronzette aux Baléares ou d’un safari à Thoiry.

>> Lire la suite de l’article <<